Monter des Jantes de Classe S (Fuchs Toliman 16’’) sur VAG (Golf VI 2.0 TDI)

La sortie de la Mercedes classe S variante W220 en 1998 amena, comme à chaque itération de la Sonder Klasse (ou classe « spéciale ») un nombre considérable d’innovations concernant la conduite et la sécurité.

Un changement technologique, d’apparence mineure, aura une importance considérable dans les milieux de la personnalisation automobile : le passage au filetage M14, au lieu du traditionnel M12.

Le filetage étant l’épaisseur du goujon (vis) au niveau du pas de vis, donc de la fixation avec la voiture.

Un gain de 2 mm ne change pas grand-chose, même si on imagine sans mal que les ingénieurs de Canstatt avaient mille raisons motivants ce changement. Ne figurant certainement pas dans ces raisons et la (rétro) compatibilité permise avec les voitures du groupe VAG (Volkswagen AG : VW, Audi, Seat, Skoda…).

Volkswagen utilise en effet depuis le début des années 1990 ce type de filetage, depuis la Golf 3 VR6 GTI, et la Passat B4. La structure en plateforme (stratégie de long terme mis en place durant ces années-là, visant à réduire les couts en fournissant une base « plateforme » pour différents véhicules et différentes marques) a accentué ce phénomène.

Les possesseurs de véhicules compactes et sans prétention au luxe pouvaient désormais montés des jantes de berlines statutaires, souvent plus larges, et, c’était du moins vrai à l’époque, au déport plus affirmé. (À titre d’exemple le Déport standard sur une classe S W126 :25 déport sur une classe S actuelle W222 :43 )

Il y avait eu des précédents, par exemple le montage de jantes Mercedes M12 sur VW transporter (photos à suivre).

Amusons-nous un peu

mercedes-benz-klasy-s-4-cf5ec696

La photo du lancement commercial de la W220 prise en l’année 1998, reconnaissable notamment à la largeur des noeuds de cravates (source)

Pour ce qui est du montage en M14, j’ai personnellement fait cette expérience : des jantes de Classe S (W220 puisque c’est elle qui a ouvert la voie) sur Golf VI.

Le problème des Toliman, je l’ai dit ainsi que d’autres avant moi, c’est l’accroche du vernis sur une surface polie et non peinte. Ces jantes ayant près de 20 ans, voire plus pour les jantes de SLK (R170), des exemplaires d’occasion en bon état sont rares*. Dans ses critères de recherche Il faut éviter les régions montagneuses et près du littoral, le sel étant un véritable destructeur de vernis.

J’étais conscient de la difficulté, aussi je décidai de foncer droit dedans, en achetant un set à Annemasse en Haute Savoie (Rhône-Alpes). La finition vernis ne m’avait de toutes les manières jamais trop convaincu, et j’étais prêt à supporter la livre supplémentaire par jante (certes poids non suspendu) ajoutée par de la peinture.

Je m’adressai à SLB services à Romans (Drôme), entreprise spécialisée dans la peinture Epoxy (poudre et non liquide). Le service est impeccable (bien qu’un peu lent) et le tarif imbattable : 60€ par jante pour sablage & peinture. Pour les autres détails techniques, j’achetais des goujons M14 embouts noirs en Allemagne (comptez 40€ avec la livraison) : longueur totale 50 mm, les goujons origine VW étant trop courts. Egalement sur Ebay, je mettais la main sur des centres de roue format Mercedes (75mm) vierges. Enfin j’achetais en… Ukraine des Stickers Volkswagen, bleu et gris, au format Mercedes.

Une fois ces deux dernières pièces reçues, je pouvais commencer l’hybridation « MB-VW », ou Stuttgart-Wolfsburg :

  1. Nettoyer au dégraissant / Acétone les centres de roue, faire chauffer 20-25 secondes les stickers au sèche-cheveux, puissance faible, décoller et appliquer également sur la surface, maintenir appuyer une à deux minutes.
  2. Les jantes une fois prêtes furent montées chez Top Pneu 26 à Livron (Drôme).J’avais commandé (sur pneus online) des pneus été Hankook, en 205/55/16 soit la dimension la plus commune sur le marché de la deuxième monte. C’était la dimension d’origine cette Golf VI, l’intérêt étant que les jantes de Classe S sont en 7,5’’ de large (pour 7’’ en origine VW) les flancs ressortent légèrement tendus, ce qui correspond à mon idée d’une « modification raisonnée ».

 

Le résultat final. Les goujons à embout noir contrastent avec le double blanc Caisse / Roues.

J’ai d’autres entreprises plus osées en tête, comme la finition centre doré et déport poli, comme sur les BBS Racing en magnésium des années 80. Pour cela il faut trouver des Toliman avec un minimum de déport, celles en 16 pour W208 (M12, ET 37) et celle pour W211 en 16’’ également (M14, ET33) sont des pistes intéressantes. Reste à savoir sur quoi les monter !

 

 

*Notez que la plupart des Toliman sont encore produites par Fuchs, donc disponible en neuf, le prix d’un set est raisonnable, environ 800-1000€ pour des Toliman en 15 pouces

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s